Résilience face à la pandémie:

préparer ensemble le monde d’après.

0602974276113-web-tete.jpg
Couv-Ifop-crises.jpg

Une crise économique sans précédent

 

       Les mesures drastiques adoptées dans le but de stopper la propagation du virus et d’atténuer les pressions sur des systèmes sanitaires déjà sous tension et fragiles ont eu de très graves conséquences sur la croissance économique. Selon l’édition semestrielle des Perspectives économiques mondiales parue au mois de juin 2020, « la COVID-19 a engendré une crise planétaire à nulle autre pareille — une crise sanitaire mondiale qui, en plus d’un bilan humain extrêmement lourd, est à l’origine de la pire récession mondiale depuis la Seconde Guerre ». L’année 2020 a ainsi été marquée par une contraction de l’économie mondiale et des revenus par habitant, ce qui a fait basculer des millions de personnes dans l’extrême pauvreté. 

La question centrale de la dette 

      Cette récession réduit encore davantage la capacité des pays à faire face efficacement aux conséquences sanitaires et économiques de la pandémie. Avant même la pandémie de COVID-19, près de la moitié des pays à faible revenu étaient déjà surendettés ou au bord du surendettement , une situation qui ne leur a guère laissé de marge de manœuvre budgétaire pour venir en aide aux populations pauvres et vulnérables frappées de plein fouet par le choc de la COVID. 

eco1.png

       C'est ce qui a poussé la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), dès le mois d'avril 2020, à lancer un appel en faveur d'un moratoire (une pause) sur le remboursement de la dette destiné à permettre aux pays les plus pauvres de concentrer leurs ressources sur la lutte contre la pandémie. Grâce à l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD), ces pays ont pu allouer plusieurs milliards de dollars à des interventions d’urgence. Cependant, comme l’illustre le graphique ci-dessous, le service de la dette contractée auprès de créanciers bilatéraux pèsera lourd dans les prochaines années, et il sera indispensable d'agir rapidement pour réduire un endettement qui s'accumule depuis trop longtemps. 

       Pour reprendre les propos du président du Groupe de la Banque mondiale, « la suspension du service de la dette est certes un expédient important, mais elle ne suffit pas ». « Beaucoup d’autres mesures sont nécessaires pour alléger le poids de la dette », a alerté David Malpass, y compris une prolongation de l’ISSD dans l’attente d’une solution plus permanente. 

       Sans ces mesures, les problèmes d’endettement risquent de compromettre une reprise durable dans beaucoup de pays, de même qu’un grand nombre d'objectifs de développement, les économies émergentes et en développement, qui ont été en grande partie en mesure de mettre en œuvre des plans de relance budgétaire et monétaire à grande échelle lors de la crise financière de 2007-2008, sont aujourd’hui moins bien préparées à surmonter une récession mondiale. De fait, un grand nombre d'entre elles sont tributaires du commerce mondial, du tourisme et des envois de fonds des migrants. 

 
eco3.png
eco2.png

Plus de 200 millions de travailleurs migrants ont envoyé 554 milliards de dollars à leurs familles dans les pays dépendants des envois de fonds en 2019. Photo FIDA/Christine Nesbitt Photo FIDA/Christine Nesbitt 

La chute des remises migratoires (argent envoyé par les familles expatriées dans les pays d’origine) : 

       Depuis plusieurs décennies, ces transferts d’argent – effectués par les travailleurs émigrés vers leur pays d’origine – jouent en effet un rôle de plus important dans la réduction de la pauvreté et dans le dynamisme de la croissance économique. Il y a encore un an, ces flux étaient équivalents aux montants de l’investissement direct étranger et de l’aide publique au développement. 

       Mais la pandémie de COVID-19 a porté un coup dur aux remises migratoires, qui devraient chuter de 14 % d’ici à la fin de l’année 2021, selon des prévisions légèrement meilleures que les estimations initiales, mais qui ne doivent pas occulter le fait qu’il s’agit là d’un recul historique. Toutes les régions sont concernées, le repli étant particulièrement marqué en Europe et Asie centrale. Pour la première fois dans l’histoire récente, le nombre de migrants internationaux devrait baisser cette année, sous l’effet d’un ralentissement des nouveaux départs et d’une hausse des retours vers les pays d’origine. 

       Or ces envois de fonds sont une véritable planche de salut pour de nombreuses familles pauvres dans les pays en développement. Et leur déclin fait craindre aux experts un appauvrissement des ménages, une aggravation de l'insécurité alimentaire et un recul du recours à des services aussi essentiels que les soins de santé, faute de moyens. 

 

La menace des faillites d’entreprises et le spectre d’un chômage massif 

       La paralysie de l'activité économique due à la pandémie a durement touché les entreprises et les emplois. Les finances des micros et petites et moyennes entreprises dans le monde en développement, en particulier, sont mises à rude épreuve : plus de la moitié d'entre elles ont des arriérés ou seront confrontées à des retards de paiement à court terme. Afin de mieux cerner l’impact de la COVID-19 sur les entreprises et la manière dont elles y font face, la Banque mondiale et ses partenaires ont procédé à des enquêtes rapides auprès des entreprises, en collaboration avec les pouvoirs publics des pays concernés. 

eco6.png

People wait in line to pick up food at the Masbia of Flatbush food pantry in Brooklyn, New York, on 30 April. The number of unemployed in the US is rising under the impact of the pandemic. Photograph: Justin Lane/EPA 

       Les données collectées entre mai et août sont encourageantes : un grand nombre de ces entreprises se sont efforcées de garder leurs employés, avec l’espoir de surmonter ensemble la crise. Plus d’un tiers d’entre elles ont eu davantage recours aux technologies numériques pour s'adapter. Toutefois, il ressort aussi de ce travail d'enquête que la crise a amputé de moitié les recettes des entreprises, obligeant celles-ci à réduire le temps de travail et les salaires, tandis que la plupart des structures, et en particulier les micro et petites entreprises dans les pays à faible revenu, peinent à accéder aux aides publiques. 

       La baisse des revenus des ménages, qu’elle résulte de la perte d’un emploi, du tarissement des remises migratoires ou des multiples autres facteurs liés à la pandémie, mettra durablement en danger le capital humain. Les familles devront se résoudre à des compromis et des sacrifices qui risquent de nuire à la santé et à l’éducation de toute une génération. 

 
 
thumbs_b_c_ea33d00fea3a3415790d8a45598fd

Des inégalités sociales accrues. 

Des pauvres de plus en plus nombreux du fait de cette crise 

       La pandémie qui sévit depuis un an a durement touché les populations déjà pauvres et vulnérables, menaçant de pousser dans la pauvreté des millions d’individus supplémentaires. Alors que le nombre de personnes dans le monde vivant avec moins de 1,90 dollar par jour avait sensiblement baissé depuis plusieurs décennies, la lutte contre l'extrême pauvreté va connaître cette année son premier revers depuis plus de vingt ans . 

eco4.png

Distribution de nourriture à Dacca, au Bangladesh, le 23 avril. MOHAMMAD PONIR HOSSAIN / REUTERS 

       En cause, la COVID-19, qui aura entraîné cette année entre 88 et 115 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté, selon les différents scénarios élaborés par la Banque mondiale. La majorité des « nouveaux pauvres » vivront en Asie du Sud, l’Afrique subsaharienne venant juste après. Selon le dernier rapport sur la pauvreté et la prospérité partagée, « une grande partie d’entre eux travaillent dans les services, le bâtiment et l’industrie manufacturière, soit autant de secteurs où l’informalité (travail « au black », non déclaré et ne donnant pas d’avantages sociaux) prédomine et où l’activité économique pâtit le plus durement des mesures de confinement et autres restrictions de déplacement ». 

 
 

Un système de santé défaillant dans de nombreux pays : 

       La pandémie a mis en évidence la nécessité pour les pays de garantir des soins de santé de qualité, accessibles et abordables. Avant même l’apparition du nouveau coronavirus, les habitants des pays en développement déboursaient plus de 500 milliards de dollars de leur poche pour se soigner. Plus de 900 millions d'individus se heurtaient à des difficultés financières du fait de ces dépenses, tandis que près de 90 millions de personnes sombraient chaque année dans l'extrême pauvreté, et il faut s'attendre à ce que la pandémie aggrave la situation. 

       Mais la santé n’est que l’un des vecteurs par lesquels la COVID porte atteinte au capital humain des pays. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, 53 % des enfants sont incapables de lire un texte simple à la fin du cycle primaire. Cette crise des apprentissages qui sévissait avant la pandémie a encore été accentuée par la fermeture des établissements scolaires. 

 

L’éducation, grande victime de la pandémie. 

       Au plus fort des mesures de confinement, plus de 160 pays ont procédé à des fermetures des établissements d’enseignement qui ont concerné au moins 1,5 milliard d’enfants et de jeunes dans le monde.


       Les effets de la pandémie sur l’éducation risquent de se ressentir pendant plusieurs décennies , car au-delà du recul des acquis scolaires à court terme, ce sont les perspectives économiques à long terme de toute une génération de jeunes qui sont en jeu. Une génération qui, en raison des pertes d’apprentissage et de la hausse des décrochages scolaires, pourrait voir ses revenus tout au long de la vie amputés d’un

eco5.png

montant estimé à 10 000 milliards de dollars, soit l’équivalent de 10 % du PIB mondial. Cette situation éloignera encore davantage les pays en développement de leurs objectifs de lutte contre la pauvreté des apprentissages, dont le niveau devrait sensiblement augmenter pour atteindre un taux de 63 %. Concrètement, ce sont 72 millions d'enfants supplémentaires qui ne maîtriseront pas la lecture à la fin du cycle primaire.

 

       Alors que la situation économique pousse les familles à faire des choix financiers difficiles, les taux d'abandon scolaire suscitent une inquiétude grandissante. Le directeur mondial du pôle Éducation de la Banque mondiale s’est dit particulièrement préoccupé par la situation des élèves du secondaire et du supérieur. « Beaucoup de jeunes ne réintégreront pas le système en raison de l’immense choc économique qui s’annonce, faute de moyens suffisants dans les familles, et certains seront contraints d’aller travailler », a expliqué Jaime Saavedra. Pour d’autres, déjà au bord du décrochage, la pandémie va précipiter l’abandon des études, a-t-il poursuivi. 

       Soucieux de limiter ces dommages et de soutenir la poursuite des apprentissages pendant la crise, les pays s'attellent à développer les possibilités d'enseignement à distance. Mais les résultats sont mitigés, du fait d’obstacles considérables, dont en premier lieu le manque d'accès à une connexion internet haut débit de qualité. 

eco7.png

Les inégalités numériques (fracture numérique)

       Dans le monde entier, la pandémie et le confinement ont mis en évidence l’importance cruciale de la connectivité numérique. Télémédecine, transferts monétaires numériques ou paiements électroniques : l’internet est la clé de l’accès à des services essentiels.


       Or les infrastructures et la connectivité numériques sont encore cruellement insuffisantes dans les pays les plus pauvres du monde et bénéficiant à ce titre des dons et financements de l’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale. Si les progrès ont été rapides à l’échelle mondiale, les pays IDA sont très à la traîne, avec un taux de pénétration de l’internet mobile de 20,4 % seulement en moyenne fin 2019, contre 62,5 % dans les autres pays. 

 
eco8.png

Les disparités entre hommes et femmes 

       D'autres « fractures » du développement pourraient s'approfondir sous l’effet de la COVID. Le risque d’une aggravation des inégalités entre les sexes, notamment, pendant et après la pandémie, met en péril plusieurs décennies d’avancées dans l’accumulation de capital humain, l’émancipation économique et la capacité de décision et d’action des femmes et des filles. 

 

 

      En 1970, seuls deux pays dans le monde avaient institué dans leur législation le principe d’une rémunération égale à travail égal. Même si la situation a considérablement évolué depuis, plus des deux tiers des économies doivent encore améliorer la loi en matière de salaires.


       La question de la rémunération ne constitue bien évidemment qu’un des aspects de l’égalité des sexes, et de nombreux signaux alertent sur les multiples effets néfastes de la crise de la COVID sur les femmes. Parce qu’elles sont plus présentes que les hommes dans les secteurs les plus durement frappés par les mesures de confinement, à l’instar du tourisme et du commerce de détail, les femmes ont été davantage touchées par les pertes d'emploi. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, elles sont aussi plus susceptibles de travailler dans l’économie informelle, et sont de ce fait privées d’une protection sociale. 

       Mais les effets ne s’arrêtent pas là : la pandémie menace aussi l'avenir de la prochaine génération. Dans de nombreux pays, les filles risquent d’être confrontées à une pression accrue pour s’occuper des tâches domestiques et familiales, ce qui pourrait influer durablement sur leur capacité à poursuivre leur scolarité. Selon les estimations de l’UNESCO, 11 millions de filles pourraient ne pas retourner à l'école à la suite de la pandémie.

 
 

Une pandémie synonyme de faim pour des millions d’individus 

 

       Plus généralement, les enfants, filles et garçons confondus, sont aussi plus vulnérables à la montée de l’insécurité alimentaire qui sévit tant dans les villes que dans les zones rurales. Avant même l’apparition du nouveau coronavirus, les Indicateurs du développement dans le monde avaient montré une hausse, après plusieurs décennies de baisse, du nombre de personnes sous-alimentées (c’est-à-dire avec des apports nutritionnels insuffisants en calories). 

Comme pour tant d’autres aspects du développement, la pandémie ne peut qu’exacerber une tendance déjà alarmante : entre 83 et 132 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de la faim en 2020, selon un rapport préliminaire réalisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Les Indicateurs du développement dans le monde produit par le Groupe de la Banque mondiale reposent notamment sur les données de la FAO. 

eco9.png

       La pauvreté se concentre de plus en plus dans les pays en situation de fragilité, conflit et violence.


       Dans un grand nombre de régions, l’insécurité et la COVID ont aggravé des situations de fragilité, conflit et violence qui menacent d'annuler les progrès obtenus sur le front du développement. En 2000, 20 % des personnes en situation d'extrême pauvreté dans le monde vivaient des pays en proie à la fragilité et au conflit. Depuis, la pauvreté n’a cessé de reculer partout, sauf dans ces pays, où le nombre de pauvres continue d’augmenter.


       La pauvreté s’enracine de plus en plus dans les pays en situation de fragilité, conflit ou violence, qui concentrent actuellement près de la moitié de la population pauvre mondiale. À l’horizon 2030, ils abriteront les deux tiers des populations vivant dans l’extrême pauvreté, et cette tendance va probablement s’accentuer avec la pandémie.Quelles perspectives d’avenir ? La chance d’une relance durable. 

       Qu’il s'agisse du fléau des conflits, de l'insécurité alimentaire ou de biens d’autres menaces, le changement climatique est un « amplificateur des risques » qui pèsent sur le développement. La pandémie monopolise l’attention du monde entier, mais les chocs climatiques, les catastrophes naturelles et les pertes de biodiversité n’ont pas cessé avec la COVID. Notre réponse à la pandémie peut cependant nous rendre plus forts face aux risques et chocs futurs. À l’heure où les États s’efforcent de prendre des mesures urgentes et de poser les bases de leur redressement financier, économique et social, cette relance leur fournit une occasion unique de s’engager sur la voie d’un avenir plus durable, inclusif et résilient. 

En raison de l’ampleur du choc qu’elle a causé, la pandémie de COVID-19 a été abondamment comparée à la crise financière mondiale de 2007–2008, à la Seconde Guerre mondiale et à d’autres événements historiques plus lointains. De fait, peu de crises avant celle-ci auront à ce point touché la quasi-totalité des champs du développement.